Comment trouver des clients quand on est indépendant?

S’il y a bien une chose qu’on ne nous apprend pas à l’école, c’est comment trouver des clients. C’est à peine si on nous montre comment construire un CV pour (espérer, éventuellement, peut-être) trouver du travail. Alors des clients…

Comment trouver des clients quand on est indépendant?

Et pourtant les clients, c’est le cœur de l’entreprise, le nerf de la guerre, l’essentiel, la quintessence d’un business. Sans clients, pas d’argent et sans argent… pas d’entreprise.

Par extension, pas d’entreprises, pas d’économie, pas d’emplois, pas de travailleurs à payer, pas de revenus à taxer, pas de sécurité sociale, pas d’école… La fin du monde quoi.

Vous l’aurez compris: les clients, c’est le plus important lorsque vous démarrez une activité. Ils ne sont, ceci dit, pas toujours simple à obtenir, surtout lorsqu’il s’agit du tout premier.

Alors, comment s’y prend-on ?

1. Demander autour de soi

poignée de main Obama

Vous l’ignorez peut-être, mais vous avez autour de vous un réseau de professionnels puissant. Comme dit la théorie, nous ne sommes tous qu’à 6 poignées de main d’Obama.

Le principe est simple : demandez à quelqu’un que vous connaissez s’il connaît quelqu’un qui.

Etant donné que vous avez fait vos devoirs et que vous savez ce que vous cherchez, vous avez une idée plus ou moins précise de votre client idéal.

Imaginons : vous êtes fabricant de montures de lunettes et vos clients idéaux sont les opticiens locaux, qu’ils vendent en ligne ou bien qu’ils possèdent une boutique physique, franchisés ou non.

Vous connaissez quelqu’un qui porte des lunettes ? Est-ce qu’il connaît bien son opticien ? Vous découvrez alors qu’ils sont amis de longue date – quand on est myope, c’est pour la vie. Il pourrait vous le présenter ?

Votre mission : passer la semaine à demander à toutes les personnes à lunette de vous introduire auprès de leur opticien. Et dresser une liste. Bien sûr, vous pouvez prendre le raccourci Google pour dresser votre première liste. Sachez seulement que vous risquez de manquer une opportunité d’être présenté amicalement à votre premier client pour qui, souvent, les amis des amis sont des amis.

2. Chercher des listes

list

Vous avez à présent une liste de 3 à 5 opticiens locaux.

Le premier réflexe est de taper leurs noms en entier qui se suivent dans Google. L’avantage de Google, c’est qu’il contient un tas de bric-à-brac que les gens laissent traîner et, parfois, oublient. Le fichier contenant la liste de tous leurs clients avec emails et numéros de téléphone (oups !) ou encore la liste de tous les opticiens de Belgique avec leurs coordonnées (aah ah !).

Pour trouver ce type de fichier, tapez : « nom de l’opticien 1, nom de l’opticien 2, nom de l’opticien 3 ». Ensuite, tapez : « Filetype:xls ». Le moteur de recherche va alors vous servir sur un plateau tous les fichiers Excel qui contiennent ces 3 noms et qui sont potentiellement des listes d’opticiens.

Ce petit hack mis à part, il y a des façons très simples de chercher des listes. Il m’a suffit de taper « réseau opticiens Belgique » pour trouver une carte regroupant plus de 500 opticiens et un réseau professionnel pour les opticiens de plus de 200 adhérents.

3. Chercher des coordonnées

LinkedIn - opticiens

Une fois que vous avez trouvé les réseaux, associations, fédérations et autres groupements professionnels qui appartiennent à votre secteur, il s’agit de pouvoir les contacter.

La carte des 500 opticiens ci-dessous est assez complète et cite les adresses et les numéros de téléphone. Mais, dans votre secteur, vous n’aurez peut-être pas cette chance. Les coordonnées de vos prospects peuvent être difficiles à trouver.

Un site à connaître : data.be. Vous y trouverez les coordonnées détaillées de toute entreprise enregistrée en Belgique.

Un réseau social à utiliser : LinkedIn. Vous avez le nom d’un professionnel que vous cherchez à contacter : LinkedIn. Vous n’avez pas son nom mais le nom de l’entreprise et le nom – probable – de sa fonction : LinkedIn. Vous n’avez aucune idée de par où commencer à chercher des entreprise d’un certain secteur parce que vous n’avez pas été attentif en lisant le début de cet article : encore LinkedIn.

Vous n’avez pas de profil LinkedIn ? Arrêtez de lire et créez-le maintenant.

4. Contacter ses clients potentiels

dog-phone

A présent, vous avez votre liste, vos adresses et vos numéros de téléphone. Il est temps de pousser des portes, de passer des coups de fil, d’écrire des emails.

Vous pouvez commencer par contacter les personnes qui ont plus de visibilité que vous pour leur demander de relayer l’info. Le club de 200 adhérents par exemple. Envoyez-leur quelques photos et un petit texte descriptif de vos superbes montures en leur demandant de le partager dans leur prochaine newsletter. Comme eux cherchent probablement du contenu intéressant à partager à leurs membres, c’est du win-win.

Vous vendez en B2C ? Faites exactement la même chose. Suivez ces étapes et demandez conseil aux professionnels de votre secteur qui vendent des produits complémentaires aux vôtres.

Pour contacter vos prospects en direct, que ce soit en face à face, par téléphone ou par email, il y a différentes techniques de vente à appliquer pour paraître crédible et parvenir à la signature finale d’un contrat.

Ceci fera sans doute l’objet d’un prochain article. Restez alertes. ?

Merci beaucoup à Marie Laenen pour cet article!

UCM Commerce

Marie LaenenLean Content Marketer

Twitter : @MarieLaenen

LinkedIn : be.linkedin.com/in/marielaenen

Leave a Reply

*

×