Commerces de bouche : les clés du succès et l’évolution du secteur à Bruxelles

Entre 1950 et 2006, Bruxelles pleurait la disparition de ses bouchers, épiciers et boulangers-pâtissiers. En concurrence inégale avec la grande distribution, l’artisanat de bouche était plus qu’une espèce en voie de disparition. Mais, depuis quelques années, les signaux faibles convergent tous vers un futur beaucoup plus alléchant…

Commerces de bouche : les clés du succès et l’évolution du secteur à Bruxelles

Le secteur du commerce de bouche attire aujourd’hui le plus de candidats-commerçants à Bruxelles.

En termes de formation, on constate également une évolution car le nombre d’inscriptions dans les filières alimentaire ne cesse de croître.
Par exemple, les formations de boulanger-pâtissier et préparateurs de plats traiteur ont récemment connu un grand boom.

La moyenne d’âge des étudiants à également évoluer. Elle se situe aujourd’hui entre 30 et 32 ans alors que, quelques années auparavant, la moyenne d’âge se situait entre 24 et 27 ans.

Un certain nombre de personnes issu de secteurs variés comme le secteur bancaire, de l’assurance ou encore de l’informatique suivent une reconversion professionnelle pour se lancer dans l’artisanat de bouche…

Voici les grandes lignes d’un article qu’Atrium Brussels a publié et qui mérite d’être consulté entièrement : Commerces de bouche : Bruxelles se pourlèche à nouveau les babines

Mais quelles sont les clés du succès pour réussir son commerce de bouche?

1. Ce qui fera le succès d’un artisan de bouche devra combiner l’authenticité de ses produits et de son savoir faire à la modernité des techniques de fabrication, de gestion ou de communication.

2. La transparence. Valeur ajoutée de l’artisan par rapport à la grande distribution.

3. …

Toutes les clés du succès dans ce deuxième article d’Atrium Brussels : Commerce de bouche : les cinq clés du succès

Bonne lecture 🙂

Leave a Reply

*

×